Historique du Collège

 

L'histoire de cette école est une histoire de mobilisation et de lutte contre le prêt à penser,contre les classes surpeuplées. Dans le camp du pour,nous sommes pour l'idée que chaque être humain puisse recevoir une éducation axée sur le développement de compétences dans un contexte de reconnaissance  et de dignité.

Suite à la fermeture de l’école secondaire par la Commission scolaire de Victoriaville en 1990, les parents de la communauté se sont  mobilisés pour maintenir le service de l’enseignement secondaire à Ham-Nord  considérant l’importance stratégique d’un lieu d’éducation dans une communauté, aussi petite soit-elle. Dans les semaines qui ont suivi, un comité de maintien s’est penché sur les moyens potentiels de relancer un projet  d’école et suite à un appel au ministre de l’Éducation de l’époque, Claude Ryan, et des contacts fructueux avec le Séminaire de Sherbrooke, une école approuvée, ne serait-ce que temporairement  par le Ministère de l’Éducation en octobre 1990, pouvait opérer légalement. Adoptant le mode coopératif et géré par un conseil d’administration présidé par Gervais Aubert, le Collège  a  accueilli  dans une sorte de joyeuse anarchie  37 élèves et 17 enseignants. On parlait beaucoup de la couleur particulière de l’école, de son ambiance très familiale et de la façon de gérer les apprentissages dans de petits groupes très structurés parce que très rapidement le Collège, de concert avec le Séminaire, s’est doté d’une approche favorisant la réussite de l’élève. Une réussite qui va dans le sens d'une actualisation du potentiel de chacun.

Ayant conquis de haute lutte son droit d’exister, le Collège a développé son réseau d’influence en allant recruter des élèves dans près de 11 localités avoisinantes et en développant une pédagogie axée sur les besoins de l’élève. Cette pédagogie a incarné des valeurs communautaires et sociales en phase avec des besoins particuliers de parents et d’élèves voulant évoluer et interagir dans un contexte éducatif convivial. 

En 2002, première grande phase d’expansion au Collège qui se traduira par la construction d’une nouvelle partie  comprenant quatre classes. Dans la même année, le Collège obtenait un permis d’enseigner autonome délivré par le MELS. Par la suite, nous avons vécu le grand chamboulement du renouveau pédagogique  de 2003, le développement d’un projet éducatif axé d’abord sur l’initiation à la coopération, l’intégration des TIC dans les séquences d’enseignement et l’implantation de coopératives étudiantes .

De plus, poursuivant son projet de mise à niveau, le Collège  a investi depuis 4 ans  près de 200.000$ pour rendre  le cadre d'apprentissage plus fonctionnel. Nous nous sommes aussi  engagés dans la construction d'un laboratoire de science en 2011, dans  la réfection d'une palestre et  dans un projet de fenestration de la vieille partie en 2012 et nous prévoyons  prendre le virage des tablettes numériques d'ici 2014 au premier cycle. Les projets ne manquent pas et pour parvenir à nos objectifs, la Fondation du Collège nous aide en proposant des activités de financement .

Fondamentalement, le Collège fait la preuve a priori  et à posteriori  que le mouvement coopératif peut toujours être d’actualité sur le plan pédagogique et sur le plan politique  et que la renommée du Collège se fonde  sur un environnement sécuritaire et pacifique où l'individu est au coeur de ses apprentissages et  au coeur d'une relation privilégiée avec des enseignants dévoués .

.